Séance  3              Des réseaux de production et de communication.

La mondialisation met en scène des acteurs (séance 1) et des marchandises (séance 2) qui parcourent le monde entier. Les flux échangés ne cessant d’augmenter, il est devenu indispensable de les contrôler et de les orienter. Des aménagements s’imposent à la fois dans les transports et les communications.

Problématique :

Première partie

I. Les échanges mondiaux de marchandises.

Document 1 : Les réseaux de transport de la mondialisation. (Nathan technique)

 Quels sont les deux moyens de transport de marchandises les plus utilisés à l’échelle mondiale?

 

-

-

 

 Selon vous, dans quoi transporte-t-on pour ces deux moyens de transport les marchandises?

 

-

-

 

 Comment fait-on le relais pour transporter ces marchandises jusqu’à destination ? (dans les magasins)

 

 

 

 

 Que constatez-vous dans la répartition de ces moyens de transport?

A. Évolution des transports

 

Document 2 :Une idée de génie

Il n’est pas présomptueux de dire que le plus grand moteur de la mondialisation n’a pas

été un accord de libre-échange, un traité conclu sous les auspices de l’O.M.C, mais le

conteneur standardisé1, une invention technique aussi simple que géniale. Quinze millions

 de de ces caisses d’acier sont à cette seconde en circulation sur la planète. Le plus gros

porte-conteneurs actuel peut en accueillir 20 000 à lui tout seul. Chaussures de sport,

voitures, smartphones, grâce au porte-conteneurs on trouve de tout partout. L’EVP2 tient sur un

camion brésilien comme sur un camion vietnamien, et les transitaires russes l’apprécient autant que les chemins de fer allemands. Rien n’irait plus sur les océans, mers, fleuves, voies ferrées et routes de cette planète sans cette norme internationale. Pour savoir ce qu’il se passerait si on supprimait le conteneur, il suffit de regarder vers l’Afrique. Dans beaucoup d’endroits du continent, on ne respecte pas de normes; nombre de ports n’ont pas encore adopté l’EVP3. Avant l’entrée en scène du conteneur, à l’époque où les cargos traditionnels régnaient encore sur les mers, le commerce international représentait 20% de la performance économique mondiale, il constitue plus de 50% aujourd’hui.

Source : Foucher, page 73.

1- Caisson métallique (6 x 2,4 x 2,6) conçu en 1956 pour le transport de marchandises par différents modes de transport.

2- EVP « équivalent vingt pieds » unité de mesure utilisée pour simplifier le calcul du volume des conteneurs.

3- Les porte-conteneurs ne peuvent pas circuler partout en Afrique.

Document 3 : Le Bougainville, un géant des mers.

Le Bougainville,

Document 4 : Le temps des mastodontes.

La congestion aéroportuaire devient une menace pour le secteur. Plus de 200 aéroports sont saturés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe. Les compagnies redoutent de voir ralentir une activité lucrative.

Dans le commerce international, le transport maritime règne en maître : il capte 90% des volumes avec 10 milliards de tonnes de marchandises contre 2 millions pour le fret aérien. Mais il va lentement. Dès qu’il s’agit de transporter des marchandises haut de gamme (colis express, composants électroniques, produits pharmaceutiques …), l’aérien s’adjuge près du tiers du marché en valeur.

Source : J.M gradt, Les Échos, 6 mars 2019 (docéo édition pro)

Pouvant transporter des charges marchandes supérieures à 100 tonnes et avec une autonomie d’environ 13 heures, le B747 Jumbo est idéal pour le transport long-courrier de grandes quantités de fret.

Un Antonov An-124. Il existe encore plus gros, l’Antonov An-225 : un très gros porteur qui peut transporter 250 tonnes. Avec ses 83 m d’envergure et 84 m de long, cet avion-cargo est le plus gros au monde en service. Dans cet appareil, tout est démesuré : six réacteurs, 32 roues et deux trains-avant côte-à-côte, 14 000 km d’autonomie.

Le Beluga XL assurera pour Airbus une capacité de transport de 53 tonnes de charge sur une distance de 4074 km.

B. Évolution de la logistique.

 

Document 5 : Carte des 15 premiers ports à conteneurs et des 15 premiers aéroports de fret dans le monde. (Source : Foucher)

  • Les ports

Document 6 : S'adapter ou disparaitre.

La taille des porte-conteneurs augmentant, les ports doivent s’adapter. Les nouveaux porte-conteneurs ont besoin de chenaux d’accès plus profonds. Se pose ensuite le problème de la hauteur des navires pour les portiques mais aussi pour les ponts sous lesquels les navires doivent passer. La largeur des navires et des portiques est un autre facteur à prendre en compte. La largeur des plus grands porte-conteneurs est actuellement de 59 m. Aujourd’hui les très grands porte-conteneurs ne peuvent donc faire escale que dans une poignée de ports transformés en hub, ce qui implique une réorganisation du trafic avec des navires de taille moyenne vers les ports secondaires.

 

Source : Nathan technique

 

Port de Yangshan à Shanghai (Chine), 1er port mondial.

 

Document 7 : Le port de Yangshan, un espace de démesure.

À Shangai, le terminal de Yangshan est l’orgueil de ce premier port mondial, capable de traiter 750 millions de tonnes de vrac par an et 40 millions de conteneurs. On accède à Yangshan par une autoroute sur piles de 32 km : bâti sur des îlots arasés, le port assure un tyran d’eau de 15 m, capable de recevoir les plus imposants bâtiments.

En particulier, depuis décembre 2017, le terminal n°4 offre au visiteur le spectacle hallucinant d’un port fantôme : les ponts-grues se déplacent sans grutiers, stoppant droit au dessus du conteneur pour le saisir du bout de leurs mâchoires, les faire évoluer par la voie des air pour les reposer délicatement sur le pont du navire. Pas un docker à l’horizon : tout est piloté par la batterie d’ordinateurs de la tour de contrôle. Ce terminal aux 2,6 km d’appontement compte 26 grues lourdes, 120 ponts-grues, 130 camions autonomes. Leur ballet coordonné permet de traiter plus de navires, en réduisant leur temps d’immobilisation. Ce système à intelligence artificielle renforce également la sécurité, éliminant les accidents liés à l’erreur humaine. Il réduit aussi la pollution de 10%.

Source : Belin, Éducation

Document 7 bis : Le port de Yangshan, vidéo.

  • Les aéroports

Document 8 : L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle : l'anticipation comme impératif.

  • Les plates-forme multimodales Delta 3, la combinaison gagnante.

- Vidéo 2

- Vidéo 3

Deuxième partie

II. Une mondialisation remise en question.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires pour faire évoluer le site. Merci.

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

Réalisation de la page : A. Van Eeghem